Aller au contenu

20 ans à façonner un avenir plein de vie

Nous souhaitons améliorer la qualité de vie des personnes souffrant d’une maladie rénale. Perfectionner la dialyse et apporter les meilleurs soins médicaux possibles à nos patients est notre motivation depuis 20 ans. Dans cette optique, nous n’avons cessé de croître au fil des années pour nous positionner aujourd’hui en leader du marché et de la technologie. En renforçant à l’avenir nos investissements dans les domaines liés à la dialyse, nous aspirons à étendre encore davantage notre compétence médicale, pour le bien de nos patients. 

Voir la vidéo

Faits et chiffres

Fresenius Medical Care a 20 ans: nous en avons bougé des choses durant ces années, toujours animés par le souhait d’améliorer l’avenir et la qualité de vie des malades. Ce défi que nous relevons est aussi le moteur de notre développement, comme le montrent les données suivantes: depuis nos débuts, nous avons multiplié par plus de 5 le nombre de nos patients, par 10 le nombre de dialyseurs produits, par presque 12 notre chiffre d’affaires et par plus de 11 les résultats du groupe. Aujourd’hui, nous exploitons environ 3500 centres de dialyse dans plus de 45 pays et suivons quelque 300 000 patients. Toutes les 0,7 seconde, nous réalisons quelque part dans le monde une dialyse. Tout cela n’est possible que grâce aux plus de 100 000 collaboratrices et collaborateurs de l’entreprise, qui contribuent avec courage et énergie à ce développement. 

Le point de départ

Du courage et de l’énergie, il en fallait aussi en 1996, lorsque Gerg Krick, alors PDG de Fresenius AG, eut l’idée de racheter le bien plus grand spécialiste américain de la dialyse, National Medical Care (NMC). Grâce à son sens technique, sa clairvoyance commerciale et son habileté stratégique, il a rapidement gagné des alliés à sa cause. Avec Ben Lipps, qui deviendra ensuite le PDG de Fresenius Medical Care (FMC), il atteint finalement son objectif: la reprise est actée et donne naissance à Fresenius Medical Care. «À cette époque, nous avions souvent de la visite sur le site: parfois des banquiers, d’autres fois une délégation américaine. Tous voulaient se faire une idée de notre travail et du fonctionnement de notre site», se souvient Erwin Franiek, qui travaille depuis 36 ans dans l’entreprise et dirige aujourd’hui le contrôle qualité sur le site de production des dialyseurs à Sankt Wendel.

Devenir leader de la technologie

«En fait», dit Erwin Franiek, «à l’époque, nous étions déjà le leader technologique». Car les étapes décisives pour cela avaient déjà été franchies: en 1983, nous avons introduit le filtre en polysulfone que l’on trouve aujourd’hui dans tous les générateurs de dialyse. Puis, dans les années qui ont suivi, nous avons réussi à perfectionner les principaux composants d’un système de dialyse: le filtre sanguin (dialyseur), la pompe et la chambre d’équilibrage.

Le fonctionnement en parfaite harmonie de ces trois éléments est décisif, car la circulation du patient doit rester stable durant le prélèvement de sang relativement rapide. En effet, seule une quantité précise de liquide peut être extraite du sang par unité de temps, un processus complexe qui doit être contrôlé avec précision. «Le développement parallèle réussi de ces composants essentiels a été une chance inouïe qui nous a finalement permis d’asseoir notre position de leader technologique», dit Reiner Spickermann, responsable ces 20 dernières années du développement des générateurs d’hémodialyse sur le site de Schweinfurt.

Le développement parallèle réussi de composants essentiels a été une chance inouïe qui nous a finalement permis d’asseoir notre position de leader technologique.

Reiner Spickermann
Responsable du développement de générateurs d’hémodialyse sur le site de Schweinfurt ces 20 dernières années Copytext &

Sur le devant de la scène

La récompense de tous ces efforts est venue en 1992 avec le lancement sur le marché de la gamme 4008. «Nous étions tous incroyablement euphoriques lorsque nous avons présenté le système au public lors du congrès de l’ERA-EDTA (European Renal Association – European Dialysis and Transplant Association) à Paris», raconte Reiner Spickermann, expliquant ensuite l’énorme résonnance de cet événement et le succès rencontré qui, dans les années suivantes, ont permis à l’entreprise d’élargir encore sa position de leader technologique aussi bien dans le domaine des dialyseurs, le cœur du système, que de la machine d’hémodialyse elle-même.

Parmi les autres étapes importantes figurent le lancement des dialyseurs FX CorDiax avec la nouvelle membrane Helixone en 2000 et le lancement, en 2005, du système thérapeutique 5008, synonyme de nombreux bénéfices pour les patients, avec notamment une baisse de 35% du taux de mortalité.

Devenir leader du marché

Les améliorations continues des générateurs d’hémodialyse ont finalement ouvert la voie vers une position de leader du marché. En 1999, le site de Schweinfurt avait déjà produit 100 000 générateurs. Seulement quatre ans plus tard, nous prenions en charge bien plus de 100 000 patients dans le monde et la production annuelle était passée à plus de 50 millions de dialyseurs. En 2007, elle atteignait les 500 millions de dialyseurs, puis la barre du milliard 6 ans plus tard.

La continuité malgré la complexité

Nous nous distinguons par notre continuité: cela vaut pour la croissance de l’entreprise comme pour les améliorations constantes de la machine elle-même. Bien sûr, ce sont souvent de petits pas en avant, mais chacun d’entre eux, aussi minuscule soit-il, améliore la qualité de vie du patient et prolonge son espérance de vie. «À mes yeux, il n’y a pas de meilleure source de motivation», insiste monsieur Spickermann. «Notre grand défi est de reproduire aussi efficacement que possible la complexité de la fonction rénale.»

Cette complexité se reflète dans la conception de la machine d’hémodialyse: elle se compose d’environ 8000 éléments qui sont fabriqués en partie à partir de matériaux très spéciaux et qui disposent de caractéristiques particulières: ils doivent être par exemple biocompatibles, c’est-à-dire, ne libérer aucune substance étrangère dans le sang. De plus, ils doivent résister aux hautes températures, aux milieux acides et basiques. Les valves sont par ailleurs des éléments clés. Elles doivent être d’une précision et d’une fiabilité absolues durant leur longue période de fonctionnement de plus de 5000 heures par an avec une durée de vie moyenne de dix à douze ans. «Il est également important que les différents composants travaillent en parfaite harmonie, tels les rouages d’une horloge, afin que les paramètres sanguins comme la température et le pH ainsi que la circulation du patient restent stables», précise monsieur Spickermann, avant d’expliquer que la composition du sang ne doit pas être modifiée trop rapidement et qu’il faut prévenir toute coagulation du sang. «Nous maîtrisons ce défi complexe, voilà ce qui nous distingue des autres», ajoute monsieur Spickermann.

La valeur ajoutée reste dans l’entreprise

Cette maîtrise assurée de la complexité n’est cependant qu’un aspect de notre travail. La sécurité du patient et une qualité du plus haut niveau sont indispensables. «Lorsqu’il en va de la santé et de la sécurité des patients, on ne peut faire aucun compromis», souligne monsieur Franiek, qui, avec son équipe, veille à une qualité toujours élevée des matériaux et des processus. «C’est pourquoi nous améliorons sans cesse la compatibilité de nos produits et automatisons de nombreux processus de contrôle dans la production pour éviter autant que possible les erreurs.» Avec une telle importance de la qualité, nous nous sommes dès le départ organisés comme une entreprise à intégration verticale.

Toute la valeur ajoutée reste ainsi entre nos mains: la production de la membrane et la machine complète, mais aussi le développement du logiciel et toutes les prestations en lien avec la dialyse ainsi que les traitements associés. L’intégration verticale présente un autre avantage: elle concentre tout le savoir dans l’entreprise. Par ailleurs, nos développeurs trouvent de précieux renseignements et conseils auprès des patients et des experts qu’ils côtoient chaque jour. Ces informations nous aident à toujours améliorer les produits et services pour nos patients et à simplifier les processus tout en les rendant plus sûrs pour les patients et plus efficaces.

Tamara Jones, patiente dialysée

Tamara Jones, patiente dialysée

 

Priorité au patient

Les impulsions décisives pour les améliorations viennent des médecins et des patients. À l’avenir, nous voulons donc en apprendre encore plus d’eux. Dans cette optique, nous avons commencé à intégrer le secteur des hôpitaux et des services dès les années 1990 et y avons développé nos activités au cours des années suivantes, par exemple, avec l’acquisition de Renal Care Group, Inc. en 2005, la prise d’une participation majoritaire de 51% dans le prestataire taïwanais de dialyse Jiate Excelsior en 2007, l’acquisition d’Asia Renal Care en 2010 ainsi que le rachat d’Euromedic en 2011 et de Liberty Dialysis Holdings Inc. aux États-Unis l’année suivante.

Repousser les limites du possible

Prof. Dr Bernard Canaud

Nous devons considérer le patient dans sa situation globale et exploiter chaque possibilité d’améliorer sa qualité de vie.

Prof. Dr. Bernard Canaud
Chief Medical Officer

«Malgré tous nos efforts et les améliorations constantes, nous nous heurtons nous aussi à certaines limites», explique Prof. Dr Bernard Canaud, Chief Medical Officer. «La dialyse protège les personnes souffrant d’une maladie rénale d’une mort certaine et elle a connu d’immenses progrès ces 50 dernières années. Néanmoins, reproduire exactement la fonction du rein demeure un travail herculéen. Ce n’est pas l’efficacité de la méthode qui nous met ici des barrières, mais bien la limitation temporelle de la dialyse.»

En effet, les reins humains fonctionnent en permanence et nettoient quotidiennement 1500 litres de sang, soit environ 546 000 litres par an et approximativement 11 millions de litres en 20 ans, ce qui équivaut à la quantité immense d’eau que nettoie une station d’épuration en 24 heures pour une population de 35 000 habitants. Une machine d’hémodialyse, elle, ne transporte et nettoie que 120 litres de sang en quatre heures, et ce trois fois par semaine. Sur cette base et étant donné que le nombre de personnes souffrant d’une maladie des reins va continuer d’augmenter dans notre société vieillissante, le prof. Bernard Canaud demande que d’autres approches thérapeutiques soient considérées en dehors de la dialyse: «Nous devons considérer le patient dans sa situation globale et exploiter chaque possibilité d’améliorer sa qualité de vie,» ajoutant que cela inclut la détection et la prévention précoces des paramètres et symptômes entraînant les maladies rénales.

Voir plus loin que la dialyse

La clé pour cela réside dans une prise en charge optimale des patients et dans la compréhension de relations médicales détaillées. Ainsi, nous souhaitons à l’avenir continuer à renforcer nos compétences médicales et à augmenter nos investissements dans les prestations médicales en lien avec la dialyse.Ces chiffres nous ont été présentés par notre PDG, Rice Powell, à l’assemblée générale en mai de cette année. Il associe l’expansion de la gestion des soins à des objectifs stratégiques importants lorsqu’il dit: «Notre connaissance de la dialyse et des champs d’activités dans la gestion des soins nous permet de façonner activement les changements dans le marché de la santé.» Nous avons ainsi l’opportunité de nous concentrer sur une approche thérapeutique holistique de nos patients et de créer les fondements d’une future croissance.

Machine d’hémodialyse 6008 de Fresenius Medical Care

Nous misons sur la continuité − nos dernières innovations

  • Nouvelle plateforme d’hémodialyse pour le traitement de l’insuffisance rénale chronique
  • Nouveau dialyseur: la nouvelle surface des fibres fait baisser les besoins en héparine dans les dialyses standard. Des données cliniques sont disponibles.
  • Nouvelles solutions de production pour les patients dialysés à domicile, pour l’hémodialyse comme pour la dialyse péritonéale
  • Nouvelle plateforme de produits pour la dialyse péritonéale
Contenu connexe
Vidéo 20 ans de Fresenius Medical Care

20 ans à façonner un avenir plein de vie

La vidéo complète.

[Translate to French (Switzerland):]

Découvrez plus d’histoires dans nos archives